Circuit non itinérant

Localisation

Touillon

départ : Parking sur la place de Touillon

Niveau de difficulté

Moyen

Durée

3h

Longueur

11.5 km
violet
Fichier KML Fichier GPX
Signaler un
problème
Imprimer / télécharger

Fondée en 1115 par Saint Bernard, l’abbaye de Fontenay fut implantée au creux d’un espace de forêts, dans un vallon parcouru par le ruisseau de Fontenay.

Indispensable à la vie des moines, il s’écoule depuis sa source au pied du village de Touillon jusqu’à l’abbaye par une succession de petits bassins et d’étangs, encore présents dans le paysage.

Avant de partir, n'oubliez pas de consulter nos conseils de sécurité

Topoguide

Descriptif du circuit

1 Du parking situé sur la place de Touillon, prendre le petit sentier (balisé GR213 A – blanc/rouge) vous amenant en contrebas du village. Attention les marches sont glissantes en cas de pluie. Suivre à droite la combe descendant à l’étang de la Roche.

2 Longer les prés où coule le Ruisseau de Fontenay, coupé d’anciens étangs jusqu’à la D32.

3 Traverser le pont et remonter dans la forêt sur 2 km. Au sommet, prendre à gauche et descendre jusqu’à la Combe Saint-Bernard. Pour rejoindre l’abbaye de Fontenay, prendre à gauche sur 250 m. Possibilité de rejoindre la gare de Montbard en suivant à gauche le GR213 A sur 4,5 km.

4 Au fond de la Combe Saint-Bernard, prendre à droite sur 500 m jusqu’à l’étang Saint-Bernard. 

5 Monter à droite en forêt et traverser la forêt domaniale sur 2,5 km jusqu’à Petit Jailly

6 Au Petit Jailly, tourner à droite devant l’église. Prendre la D32 puis la première route à gauche dans le village. Au chemin forestier tourner à gauche pour entrer dans le bois. Bifurquer à droite à l’intersection suivante. Rejoindre la D32a au niveau de la scierie. Suivre la route à gauche.

7 A l’intersection de routes, virer à droite. Poursuivre la route jusqu’à la place de Touillon où on retrouve le GR213 A.

Oiseaux de cours d’eau : Canard colvert, Grèbe castagneux, Héron cendré, Cigogne noire VE, Martin-pêcheur d’Europe, Bergeronnette des ruisseaux, Cincle plongeur...

 

Oiseaux forestiers : Cigogne noire VE, Autour des palombes, Pics noir, vert, épeiche, mar et épeichette, Roitelet à triple bandeau, Mésanges charbonnière, noire, bleue, nonnette et à longue queue, Sittelle torchepot, Grimpereau des jardins...

 

Oiseaux des jardins et vergers : Rougegorge familier, Grives draine et litorne H, Merle noir, Pie bavarde...

 

​Oiseaux des champs : Perdrix rouge, Alouette des champs, Tarier pâtre VE, Corbeau freux, Corneille noire, Linotte mélodieuse, Bruants jaune et zizi...

Côté patrimoine

Logé entre les plateaux calcaires du Châtillonnais et les reliefs granitiques du Morvan, l'Auxois présente une intéressante mosaïque de paysages. Le bocage, avec ses prairies de fauche, ses pâturages et un peu de cultures, occupe les fonds de vallées et les versants les moins pentus.

À la belle saison, c’est ici le territoire de la Huppe fasciée, des Bruants jaune et zizi, de la Fauvette babillarde ou encore de la rare Pie-grièche à tête rousse. C'est également dans ces zones ouvertes que le Milan royal ou des bandes hivernantes de grives (draine, mauvis et surtout litorne) recherchent leur nourriture.

Sur la commune de Meilly-sur-Rouvres se trouve l'un des points triple de partage des eaux. Ainsi, les pluies tombées dans l'Auxois rejoindront le Rhône, la Loire ou la Seine. L'Oze, l'Ozerain, la Brenne, l'Armançon et le Serein sont les principaux cours d'eau et appartiennent tous au bassin versant de la Seine. Leur lit mineur accueille notamment le Petit gravelot, le Martin-pêcheur d'Europe et l'Hirondelle de rivage. Les petits affluents seront quant à eux propices aux observations de Bergeronnette des ruisseaux et de Cincle plongeur.

Sur les versants, lorsque la pente devient trop forte, les boisements remplacent progressivement le bocage. Les forêts de feuillus, peuplées essentiellement de Hêtres et de Chênes, accueillent alors le Pic noir, le Loriot d’Europe, la Sittelle torchepot, le Pouillot siffleur ou le Grosbec casse-noyaux.

Dans les bois mixtes, la présence de quelques résineux permettra d'entendre et d'apercevoir le Roitelet huppé et la Mésange huppée. Parfois, en bordure de plateau, une étroite pelouse calcicole vient garnir la corniche calcaire en rupture de pente. C'est le lieu idéal pour entendre le chant de l'Alouette lulu. Par endroit, cette corniche surplombe une falaise pouvant atteindre quelques dizaines de mètres ; Choucas des tours, Grand-duc d’Europe ou Faucon pèlerin pourront alors y être observés.

Enfin, les plateaux et les plaines sont occupés par les terres arables. Il s'agit le plus souvent de cultures céréalières et oléagineuses. Dans ces milieux, il est fréquent d'y voir et d'y entendre l'Alouette des champs, le Bruant proyer et le Tarier pâtre.

Une description des paysages de l'Auxois, aussi brève soit-elle, ne peut pas passer sous silence la traversée du nord au sud du canal de Bourgogne. Inauguré en 1832, ce canal nécessite d'importantes réserves en eau, afin d'assurer le fonctionnement des écluses. Les réservoirs de Panthier, de Grosbois, du Tillot, de Chazilly et de Cercey ont donc été construits dans ce but. Les oiseaux profitent de ces grandes étendues d'eau, particulièrement lors de la migration d’automne et durant l’hiver, surtout quand les niveaux sont bas et laissent se découvrir de grandes vasières. Il n'est pas rare d'y observer des Grandes Aigrettes, des Sarcelles d'hiver, des Fuligules milouins et morillons, mais également le Balbuzard pêcheur, le Chevalier aboyeur et de nombreuses espèces plus rares comme les Plongeons catmarin et imbrin. Le réservoir de Cercey est sans doute le plus intéressant d'entre eux pour l'observation des oiseaux.

Côté nature

Le boisement de feuillus composés de hêtres, chênes et charmes sont gérés par l’Office national des forêts. Au XIXe siècle, le vallon devient un véritable complexe industriel (papeteries) dont il ne reste rien aujourd’hui. Le GR 213 vous emmènera directement à proximité des premiers étangs au fond du vallon : la limpidité des eaux, associée aux courants plus oxygénés de la rivière, accueillent Cincle plongeur, Martin-pêcheur et Bergeronnette des ruisseaux. Le Grèbe castagneux peut être entendu et niche certaines années.

Le sentier continue en lisière de bois ; la traversée en sous-bois vous permettra quelques rencontres avec des espèces forestières, tels les Pics épeiche, vert, mar et noir, sans oublier le Grimpereau des jardins.

Dans le vallon, la Cigogne noire est souvent présente en été, la Grande Aigrette en hiver, Hérons cendrés et Canards colverts toute l’année.

La lisière, elle, accueille : Mésanges à longue queue, nonnette, huppée et Roitelet à triple bandeau.

En approchant des hameaux comme celui du Petit Jailly, inspectez consciencieusement les prairies pâturées et les vergers à l’automne et en hiver : Grives draines et litornes inspectent le sol à la recherche de vers, de pommes ou de poires tombées par terre. Dans les champs, quelques bandes de passereaux (Linottes, Alouettes, Pinsons...) recherchent encore de minuscules graines dans les chaumes.

Carte interactive
  •  Hôtels
  •  Chambres d'hôtes
  •  Locations de vacances
  •  Hébergements collectifs
  •  Campings
  •  Aires de camping-car
  •  Restaurants
  •  Sites et monuments
  •  Musées
  •  Parcs et jardins
  •  Offices de tourisme
  •  Restaurants
  •  Producteurs
  •  Caves
  •  Aires de pique-niques
Chargement...