Circuit non itinérant

Localisation

Rochefort-sur-Brevon

départ : Au centre du village

Niveau de difficulté

Moyen

Durée

2h30

Longueur

9 km
Balisage jaune
Fichier KML Fichier GPX
Signaler un
problème
Imprimer / télécharger

Ce circuit majoritairement forestier offre des points de vue pittoresques sur les villages de Beaulieu et Rochefort-sur-Brevon et sur la vallée du Brevon. Il vous permettra de découvrir la forêt châtillonnaise : ses essences variées, ses arbres remarquables et sa faune sauvage (cerfs, chevreuils, sangliers, hérons… et avec un peu de chance, cigognes noires !). A travers ce parcours, vous pourrez également découvrir le patrimoine local : chapelle, forges, lavoirs, châteaux, en particulier le superbe château de Rochefort-sur-Brevon (XIXème siècle).

À éviter en période de forte chaleur car peu d'ombre et en période de chasse (de mi-septembre à fin février les jours concernés).

 

Avant de partir, n'oubliez pas de consulter nos conseils de sécurité

Topoguide

1 Départ rue du Pigeonnier derrrière la mairie, monter. Au calvaire, poursuivre la montée à droite. Couper le chemin goudronnée. Continuer en face jusqu'à remonter un chemin qui longe le bois entre les murets.

2 S'y engager. Progresser dans ce sentier qui serpente en lisière de forêt puis entre les cultures. Prendre à droite le chemin blanc puis goudronné jusqu'au Puiset

3 Au Puiset, 40 m après la chapelle, descendre à droite vers le vallon. Traverser avec prudence la D29.

4 Emprunter le chemin de terre en face. Monter dans les bois. Passer entre des murets puis des haies. Arriver dans un virage de la D112B, descendre à droite vers Beaulieu. Traverser le pont. Continuer la D16 direction Mauvilly.

5 Après la dernière maison, monter le chemin forestier entre bois et prairies (sources).

6 En haut de la montée, prendre à droite. Progresser 900 m dans les bois de la Glarie.

7 Arriver à un champ cultivé, poursuivre à droite le long des cultures jusqu'à rencontrer un petit sentier peu visible, tracé entre haies, buisson et pierres. S'y engager jusqu'à la sortie de la forêt.

8 À droite, retrouver un chemin blanc de lisière. Le suivre sur 500 m en passant devant une ancienne carrière.

9 Prendre à droite, descendre la Combe Endemin.

10 À droite, pour regagner Rochefort-sur-Brevon. Retrouver la route goudronnée D16, la suivre à droite. Traverser le pont et rejoindre votre départ.

Côté nature

Le vaste plateau calcaire du Châtillonnais est entaillé par un réseau de petites rivières affluentes de la Seine, qui serpentent au cœur d’étroites vallées. Échappant aux cultures intensives, ces fonds de vallons sont pâturés, ce qui leur assure une biocénose (ensemble des êtres vivants) riche et diversifiée. Le Cincle plongeur est l’hôte de ces rivières, sa nidification est favorisée par les édifices construits le long du cours d'eau : ponts, moulins, villages. Bergeronnette des ruisseaux, Martin-pêcheur d’Europe, Canard colvert et Héron cendré l’accompagnent. Le parcours permet de s’immerger dans la forêt feuillue qui présente de très belles hêtraies de versants, des chênaies de plateaux et des frênaies proches de la rivière. L’ensemble de l’avifaune forestière est présente, la cohorte des pics vient en tête, suivie des mésanges, de la Sittelle torchepot, du Grimpereau des jardins, des grives, du Merle noir, du Pinson des arbres, du Grosbec casse-noyaux, des pouillots et fauvettes. Ces milieux forestiers entrecoupés de zones agricoles sont favorables à l’observation des rapaces : Épervier d’Europe, Autour des palombes, Buse variable et Bondrée apivore. Mais c’est surtout la quiétude de ces vastes boisements et les potentialités alimentaires des petits cours d’eau qui attirent la discrète Cigogne noire. Il est possible de l’observer planant au-dessus des massifs. Le plateau est souvent occupé par les cultures céréalières, l’Alouette des champs et la Caille des blés y sont fréquentes. Les rares haies conservées sont occupées par le Bruant jaune et le Tarier pâtre. L’intérêt naturaliste de cette région ayant une très faible pression humaine réside aussi dans l’abondance de mammifères : Cerf, Chevreuil, Sanglier, Chat forestier, Renard, Blaireau… Le Châtillonnais Alternance de vastes forêts, de terres agricoles et de vallées prairiales, le Châtillonnais offre une intéressante diversité de paysages. La vallée de la Seine marque la limite entre les plateaux du Duesmois et du Châtillonnais. Le climat subit des influences montagnardes avec d'importantes précipitations (autour de 900 mm par an), et continentales avec une forte amplitude de température. Ce territoire laisse la part belle aux massifs forestiers, notamment avec la forêt domaniale de Châtillon-sur-Seine dont la superficie avoisine les 9 000 hectares ; c'est l'une des plus grandes de France. Les stades forestiers les plus jeunes permettent d'entendre l'Accenteur mouchet ou encore le Torcol fourmilier. Les plus vieilles futaies hébergent les Pics cendré ou noir, le Pigeon colombin et bien d'autres espèces encore. Le dense réseau hydrographique composé de ruisseaux, permet à l'élégante mais rare Cigogne noire de nicher dans le Châtillonnais. Elle affectionne particulièrement les cours d'eau de tête de bassin versant, où elle trouve en abondance les Chabots communs qui constituent une part importante de son alimentation. Si vous l'apercevez au détour d'une balade, n’essayez pas de l'approcher car la dame noire est farouche et s'envolera bien vite. Les principaux cours d'eau découpant le plateau selon un axe sud-est nord-ouest sont l'Ource, la Digeanne, le Brévon, la Coquille, le Revinson et bien entendu la Seine. Enfin, à l'extrême nord-ouest du département s'écoule la Laignes, toujours selon le même axe. Le Cincle plongeur et la Bergeronnette des ruisseaux fréquentent les zones en amont des cours d'eau, tandis que l'Hirondelle de rivage et le Martin-pêcheur d’Europe occuperont les berges abruptes des méandres situés dans la plaine. Au fond des vallons ou sur certains versants, la présence d'une couche imperméable de marne conduit à la formation de marais. La forte teneur en calcaire de l'eau, liée à la géologie du massif, leur confère un caractère tufeux. C'est le cas du marais du Cônois, situé sur la commune de Bure-les-Templiers. La dépression cisaillant le plateau d'ouest en est, entre Laignes et Châtillon-sur-Seine, est occupée essentiellement par des cultures céréalières. Les passereaux des milieux ouverts y sont largement représentés (Bruant proyer, Alouette des champs, etc.). C'est au beau milieu de cette plaine agricole que se trouve l'étang de Marcenay, un des plans d'eau les plus intéressants du département pour y observer les oiseaux. La cuesta (côte calcaire) située au nord de cette dépression accueille une faune particulière, du fait de son exposition au sud. On y retrouve notamment l'Alouette lulu, de nombreux Pouillots et parfois le Circaète Jean-le-Blanc ou l’Aigle botté.

Carte interactive
  •  Hôtels
  •  Chambres d'hôtes
  •  Locations de vacances
  •  Hébergements collectifs
  •  Campings
  •  Aires de camping-car
  •  Restaurants
  •  Sites et monuments
  •  Musées
  •  Parcs et jardins
  •  Offices de tourisme
  •  Restaurants
  •  Producteurs
  •  Caves
  •  Aires de pique-niques
Chargement...