Ici, pas la peine de chercher à s’entasser sur une plage. La mer ? Connais pas. En Côte-d’Or en revanche, les sources sont nombreuses et teintées de légendes. Une invitation à l’enchantement.

À Étalante, la source de la Coquille abrite par exemple la fée Greg, personnage maléfique chassant les enfants en période de grandes crues. Prends ça, Halloween ! Un peu plus au sud, vous ne trouverez rien de moins que les sources de la Seine, un fleuve parisien pas très connu. Les Côte-d’Oriens peuvent bomber le torse, cette source située au milieu des bois accueillait à l’époque les pèlerins qui venaient s’y soigner et y déposer en échange de nombreux ex-voto, ces sculptures représentant les parties guéries de leur corps. Aujourd’hui, une charmante grotte aménagée sous Napoléon III abrite une nymphe de pierre. Romantisme. Du côté de Bèze, un lac à l’eau fraîche et limpide, dont le niveau varie en fonction de la saison et qui ne rend possible les visites qu’en été, se voit surplombé par de nombreuses grottes. Au Moyen-Âge, les moines s’y planquaient pour fuir les invasions barbares. Aujourd’hui, les grottes de Bèze forment un formidable petit écrin de féerie, grâce notamment aux jeux de lumière installés. Près de Salives, c’est un véritable circuit de 14 lavoirs restaurés par des artistes contemporains qui fait le bonheur des visiteurs. Et pour les petits curieux, le nom de Salives viendrait d’Aquas Salivas (eaux jaillissantes) ou de Sacriba (source sacrée). La Côte-d’Or… mystique.