murger retenu par un murmurgerescalier dans un murger

Dans de nombreux secteurs de la Côte-d’Or et en particulier dans la côte viticole, il a été nécessaire d’épierrer le sol pour pouvoir le mettre en culture. Les cailloux entassés sur des bancs rocheux impossibles à supprimer ou en bordure de terrain, forment les murgers. Beaucoup sont apparus au 19e siècle avec le fort développement du vignoble. Ces amas de pierres n’ont jamais été destinés à rester. Cependant, ils occupent une place importante dans le paysage, d’autant que certains peuvent être de très grandes dimensions. Ils abritent de plus une faune et une flore particulières adaptées à son aridité et supportant de forts écarts de température. Les murgers fournissent un matériau de construction économique mis en œuvre sur place, sans mortier. Généralement édifiés à temps perdu, murs et cabanes de pierre sèche ne sont pas propres à la Côte-d’Or : on en trouve dans toutes les régions où les sols sont pierreux.

Conseil Général © Marie-Laure GRUNENWALD