Routoir

Routoir à Poiseul-Les-SaulxRoutoir à Poiseul-Les-SaulxRoutoir à Curtil-Saint-Seine

Le rouissoir est un bassin souvent rectangulaire dans lequel les plantes textiles (lin, chanvre) étaient mises à rouir (pourrir) pour séparer les fibres de l’écorce de la tige. Un escalier permet parfois d’y descendre. Sa margelle horizontale le différencie du lavoir à ciel ouvert dont la pierre de lavage est inclinée vers le bassin. Le rouissoir rempli d’eau stagnante ou alimenté par une source ou une rivière, est souvent en aval du lavoir ou de la mare-abreuvoir. La réglementation imposait qu’il soit éloigné des habitations en raison de la putréfaction des eaux après le rouissage et des gaz nauséabonds qui en émanaient. Après récolte et séchage au soleil, les tiges de chanvres couvertes de paille et lestées par des pierres étaient immergées dans le bassin du routoir où elles restaient une dizaine de jours. Quand l’écorce se détachait, les tiges étaient séchées dans un hâloir (sorte d’étuve) ou près de la cheminée, ce qui générait de nombreux incendies. Les filaments étaient ensuite séparés et traités pour la confection de corde et de drap. Le dépôt qui se formait au fond du bassin constituait un riche engrais et les eaux colorées par le rouissage étaient utilisées pour l’irrigation.

Conseil Général © Marie-Laure GRUNENWALD

Loading...