Circuit itinérant

Localisation

Saint-Seine-l Abbaye

départ : Depuis l'office de tourisme de Saint-Seine-l'Abbaye

Niveau de difficulté

Soutenu

Durée

5h30

Longueur

22 km
balisage rouge
Fichier KML Fichier GPX
Signaler un
problème
Imprimer / télécharger

Il existe des variantes permettant de faire des randonnées à la journée. Ce sentier, très forestier, regorge de richesses historiques : l’abbatiale de Saint-Seine-l’Abbaye, de style gothique bourguignon avec des peintures murales exceptionnelles, le musée école de Champagny pour les nostalgiques de l’encre violette et des plumes sergent-major…

À éviter en période de chasse (de mi-septembre à fin février les jours concernés).

 

Avant de partir, n'oubliez pas de consulter nos conseils de sécurité

Topoguide

1 Départ depuis l’office de tourisme de Saint-Seine-l’Abbaye

2 Empruntez la rue Sonnois sur la droite jusqu’à la rue Basse où vous rejoignez les premières balises du sentier, puis descendez la rue pour rattraper la RD 971.

3 Empruntez le sentier qui grimpe, à droite le long du jardin jusqu’à la route goudronnée perpendiculaire au chemin. Prenez à droite.

4 Arrivé à la maison sur la droite en montant, prenez à gauche puis de suite à droite en direction de la plaine cultivée. 

5 A l’embranchement, descendez le chemin de gauche.

6 Aux bâtiments agricoles, prenez à gauche vers le village.

7 50 m avant l’église, prenez à droite à l’intersection et montez la route goudronnée le long de l’affleurement rocheux.

8 Après le cimetière, prenez le chemin sur la droite de la route.

9 Prenez le chemin qui monte dans la forêt.

10 Arrivé sur la hauteur, au croisement des deux chemins, prenez à droite.

11 Arrivé en lisière de forêt, poursuivez le chemin sur la gauche de la parcelle.

12 Descendez le chemin vers Pellerey.

13 En arrivant dans Pellerey, après le petit lavoir, remontez à droite la variante qui remonte dans le bois, poursuivre jusqu'au village de Cheneroilles (soyez vigilant lors de la traversée de la D16).

25 Dans Cheneroilles, descendre à droite la route en direction du lavoir, puis traversez la D16 en étant vigilant, prendre le chemin sur votre gauche qui monte après avoir franchi le petit pont, poursuivez ensuite jusqu'à Pellerey.

26 Prenez à droite à la croix et descendez jusqu’à Vaux-Saules.

27 Ici, un lavoir couvert permet de s'abriter en cas de pluie. Remontez par la RD16i vers Cinq Fonds.

28 A la première intersection, quittez la route départementale, prenez tout droit au milieu de la plaine cultivée, à la suivante prendre à droite.

29 Prenez le chemin de droite.

30 Sur le haut du village de Cinq Fonds, poursuivez en face.

31 Au hameau de Cestre, longez la RD 71 vers Saint-Seine-l'Abbaye (soyez vigilant la route présente un trafic élevé).

32 Descendez à droite la petite route goudronnée pour atteindre Saint-Seine-l’Abbaye.

 

Côté patrimoine

Dès le départ, Saint-Seine-l’Abbaye révèle immédiatement l’influence de l’ancien établissement monastique sur le bourg comme sur l’ensemble des terres parcourues par le circuit. Fondée en 534 par Sigo, jeune noble dont le nom sera peu à peu transformé en Seine, l’abbaye devient vite très importante. Il en reste le logis des abbés, rebâti au 18e siècle, une aile du cloître et l’église abbatiale. Celle-ci est un bel exemple du gothique bourguignon dont elle est l'une des premières manifestations. Le chœur et le transept datent de la première construction achevée en 1235. La nef, gravement endommagée par un incendie en 1255, est reconstruite tardivement à la fin du 14e siècle et au début du 15e siècle. Parmi le riche mobilier, il faut remarquer les peintures murales de la clôture du chœur qui évoquent la vie de Saint Seine (1504), une très belle statue de Vierge de l’Annonciation (15e siècle), les stalles (1749) et plusieurs dalles funéraires gravées (14e – 15e siècle) qui ont été dressées dans le transept.

Dans le bourg, le lavoir, construit en 1869, offre la curiosité d’un profil adapté à l’occupation de l’angle de deux rues et d’un bassin semi-circulaire éclairé par trois larges arcades en plein-cintre sur la façade en pierre de taille. L’absence de toiture renforce encore cet aspect étonnant. Un peu plus loin, une des trois fontaines identiques disséminées dans le bourg dresse sa forme cylindrique surmontée d’une large corniche et d’un couronnement en forme de gradins surmonté d’une pomme de pin. A Champagny, c’est une histoire plus récente qui est contée avec l’école-musée. Celle-ci est restée telle qu’elle était à sa fermeture en 1954, soit presque cent ans après son ouverture en 1856 ! Le mobilier d’excellente qualité installé à cette date ne fut jamais retouché par la suite. On y trouve toujours toutes sortes de détails amusants comme les ardoises fixées aux tables pour servir de brouillon ou les leçons inscrites à la craie blanche sur les tableaux.

A Pellerey, une statue du Christ de Pitié du milieu du 18e siècle, exposée dans un oratoire, semble accueillir les randonneurs. Juste après, la borne fontaine, restaurée il y a peu, a retrouvé la pomme de pin en pierre qui la surmontait à l’origine. Cette borne alimentait deux auges-abreuvoirs, toujours en place. Entre Pellerey et Lamargelle, le chemin longe une succession de bornes en pierre de plus ou moins grandes dimensions posées là en 1288 pour délimiter les terres relevant de l’Abbaye de Saint-Seine et celles relevant de l’Abbaye Saint-Pierre de Flavigny. Les plus simples, qui sont les plus nombreuses, sont gravées sur chaque face d’un S ou d’un P significatifs. Les plus remarquables offrent l’effigie de Saint Seine monté sur son âne, gravée côté Saint-Seine-l’Abbaye, et l’effigie de Saint Pierre tenant une énorme clé, gravée côté Flavigny. 

La borne du Crot du Pommier, un peu avant Lamargelle, porte même le nom de « borne des trois abbés » car elle marque également la limite avec les terres de Poiseul-la-Grange qui, elles, relèvent de l’Abbaye de Fontenay ! Vu de loin, Lamargelle s’identifie surtout par la toiture à l’impériale du clocher de l’église. A l’approche du village, par contre, c’est un curieux petit château d’eau qui attire l’attention. Il faisait partie de la gare du tacot, le petit chemin de fer départemental qui, de 1914 à 1940, a relié Dijon à Châtillon-sur-Seine en passant par Saint-Seine-l'Abbaye, Lamargelle et Aignay-le-Duc. La gare elle-même se trouve un peu plus loin et sert aujourd’hui d’habitation.

Conseil Général © Benoît OUDET

Côté nature

Les remèdes de grand-mère  

Sur cette première partie de la Marche à l’Etoile, une fois sorti du vallon de Saint-Seine, vous allez découvrir une succession de paysages très différents : d’abord un plateau cultivé puis des prairies d’élevage. Vous suivrez tranquillement une lisière forestière pour enfin terminer en forêt. Chacun de ces paysages doit sa couleur, son ambiance, à la flore qui y vit. Pourtant, il existe un point commun à tous ces lieux. En effet, depuis toujours, l’humanité tire ressources et remèdes de ces espaces grâce à sa connaissance des plantes. Découvrons quelques plantes des plus célèbres dont certaines pourraient vous être utiles durant la randonnée. 

Ce n’est pas au cœur de la plaine cultivée qu’il faut regarder mais plutôt à la marge des champs pour découvrir le bleuet ; cette jolie fleur bleue, bien que de plus en plus rare, est utilisée pour soulager les problèmes oculaires grâce à ses propriétés apaisantes.

La prairie est, quant à elle, beaucoup plus généreuse : la pâquerette ou la primevère officinale (appelée aussi « coucou »), sont autant de plantes bénéfiques. Une tisane de fleurs de coucou séchées, par exemple, offre une nuit paisible.

De même, le plantain, qui est très répandu dans les prés ou dans les chemins, est un puissant cicatrisant et calmant. Froissez les feuilles fraichement cueillies et appliquez les sur une piqûre d’insecte ou d’ortie et vous serez soulagé (n’oubliez pas tout de même de désinfecter la piqûre une fois rentré !).

Une mention particulière également pour le pissenlit qui ravit les papilles en salade et est un très bon diurétique (avec ses fleurs, on peut aussi faire de la confiture et de la liqueur).

En lisière forestière, d’autres plantes présentent un intérêt : le cornouiller mâle, dont les fleurs jaunes ornent la lisière dès le mois de mars, offre en automne de beaux fruits rouges délicieux en confiture tout comme les mûres. De même, l’ortie est utilisée pour la confection de soupe ou de tourtes très riches en fer. 

En bordure des chemins fleuris, on trouve aussi la saponaire. C’est une fleur délicate dont on tire la saponine qui est un adoucissant. Des morceaux de plantes légèrement bouillis dans une casserole donnent une lotion savonneuse. La plante peut aussi être utilisée fraîche pour servir de savon, mais de façon moins efficace. Enfin, les poiriers et pommiers sauvages donnent des fruits qui ne sont pas consommables crus mais qui, comme les coings, font de très bonnes confitures. 

La forêt offre elle aussi de petits trésors : l’ail des ours des fonds de combe, qui, en plus d’être un très bon dépuratif (*1), est très riche en vitamine C. Il est utilisé pour la confection de pesto (*2). Les arbres et arbustes ne sont pas en reste : ainsi le noisetier, très fréquent le long du parcours, produit à l’automne les noisettes tant appréciées des écureuils. C’est d’autre part avec son bois que les sourciers d’antan confectionnaient leur très utile baguette. Le hêtre et le tilleul produisent eux aussi des fruits consommables pour le premier et des fleurs aux propriétés relaxantes pour le second. Nous passerons sur les champignons dont la détermination peut être délicate.

Au fil des saisons, le sentier de la Marche à l’Etoile, de par les espaces qu’il traverse, offrira quelques friandises ou quelques soulagements aux connaisseurs. 

Ces informations sont données à titre purement informatif. Ne consommez jamais les produits de votre cueillette si vous ne pouvez pas identifier précisément les espèces ramassées ou si vous n’en connaissez pas très exactement l’usage.

© Conseil Général

(*1)Dépuratif : qui purifie le sang en favorisant l’élimination.

(*2) Pesto : préparation culinaire à base de basilic, d’huile d’olive, de fromage, de pignons de pin et d’ail. L’ail des ours remplace le basilic et l’ail. 

Carte interactive
  •  Hôtels
  •  Chambres d'hôtes
  •  Locations de vacances
  •  Hébergements collectifs
  •  Campings
  •  Aires de camping-car
  •  Restaurants
  •  Sites et monuments
  •  Musées
  •  Parcs et jardins
  •  Offices de tourisme
  •  Restaurants
  •  Producteurs
  •  Caves
  •  Aires de pique-niques
Chargement...