Fourneau de grande taille, en forme de tour, utilisé pour la fusion du minerai de fer. Dès le 14e siècle, l’utilisation de roues à aubes pour actionner les soufflets a permis, en élevant la température, de fabriquer de la fonte puis de l’acier dans les hauts fourneaux. En Côte-d’Or où les couches superficielles du sol sont riches en minerai de fer facile à extraire, les hauts-fourneaux étaient nombreux. La durée d’allumage du haut fourneau, entre trois et neuf mois, variait en fonction de la saison et de l’eau disponible, le gel et la sècheresse obligeant à l’arrêt de l’activité. N’employant souvent qu’une vingtaine de personnes, dont une majorité pour l’extraction et le transport du minerai, ces modestes établissements métallurgiques étaient alimentés en charbon de bois produits dans les forêts voisines. Mais dès le 18e siècle, cette forte consommation en bois pose problème et entraîne parfois la fermeture du haut fourneau. L’utilisation du coke comme combustible ne se généralisera qu’à la fin du 19e siècle, conduisant à un changement radical des techniques. 
Conseil Départemental © Marie-Laure GRUNENWALD