Localisation

Pouilly-en-Auxois

départ : Pouilly-en-Auxois

Niveau de difficulté

Facile

Durée

5 à 6h

Longueur

54 km
Fichier KML Fichier GPX
Signaler un
problème
Imprimer / télécharger

54 km de promenade dans les paysages vallonnés de l’Auxois : ce parcours vous charmera de par ses vignobles, sa falaise calcaire et ses vallées verdoyantes.

De Montbard à Pouilly-en-Auxois, vous rencontrerez sur votre chemin de nombreuses curiosités à admirer, comme la statue de Vercingétorix - accueillant les descendants Gaulois venus lui rendre visite - ou l’Eglise de Saint-Thibault et son magnifique chœur gothique.

Non loin de votre parcours, n’hésitez pas à faire un petit crochet si vous avez le temps, pour aller voir l’Abbaye de Fontenay, le château de Bussy Rabutin ou la fabrique d’Anis de Flavigny. Pour les mordus d’histoire, les Fouilles d’Alesia vous transporteront dans une autre époque le temps d’une visite.

Après quelques heures d’excursion sur les chemins de halage, votre périple arrive à sa fin et vous arrivez en vue de la commune de Pouilly-en-Auxois… Là se trouve le « seuil de Bourgogne », point le plus haut du canal, que celui-ci traverse grâce à un tunnel souterrain de plus de 3 km. 

Avant de partir, n'oubliez pas de consulter nos conseils de sécurité

Topoguide

1 Après le port du canal où se trouve une antenne de l'Office de Tourisme, en direction de Montbard, l’itinéraire change de rive en empruntant le pont qui dessert la coopérative agricole située en face du port. En rive gauche du canal, continuer en direction de Venarey-Les Laumes (à 39 km).

2 Attention à la traversée délicate de la route départementale 977bis située à 2 km du port de Pouilly-en-Auxois.

Le tracé passe ensuite à proximité du château médiéval d'Eguilly 3, de Gissey-le-Vieil 4 et de Saint-Thibault 5 (où l'on peut visiter la collégiale).

A partir de là, la véloroute passe dans la « tranchée du Creusot » : le canal traverse une partie en déblai alors que la véloroute emprunte le chemin supérieur qui la surplombe (des garde-corps ont été mis en place sur 1 km) 6. A mi-chemin de cette tranchée, une aire de repos a été aménagée, avant la traversée de la route départementale et la descente de l’autre côté pour revenir au même niveau que le canal. Au bout d’1 km après la fin de la tranchée, l’itinéraire traverse encore une route à fort trafic et aboutit à Pont-Royal 7 (aire de repos également présente) et continue toujours en rive gauche en direction de Venarey-Les-Laumes (à 21 km).

Au bout de 9 km, le tracé change de rive (à proximité de la ferme de La Rêpe) 8 pour arriver, 3 km plus loin, à Marigny-le-Cahouët 9. La véloroute s’oriente alors en direction du nord et traverse Pouillenay 10 au bout de 6,5 km, puis Venarey-Les-Laumes 11 (4 km plus loin).

Tout proche, sur le Mont Auxois, se dresse la statue de Vercingétorix qui marque le site historique de la bataille d'Alésia. Toujours en rive droite, passer à proximité des communes de Grignon 12, Benoisey 13, Courcelles-les-Montbard 14, Nogent-les-Montbard 15 (aire de repos) pour atteindre Montbard  (12 km depuis Venarey-Les-Laumes)

Côté patrimoine

Aux environs de Marigny-le-Cahouët, le canal de Bourgogne gravit les derniers contreforts du bassin parisien par une « échelle » de 40 écluses en moins de 15 kilomètres, véritable « escalier hydraulique » offrant le spectacle toujours attirant des manœuvres techniques nécessaires pour franchir chacune de ces marches et qui concentre de nombreux éléments du patrimoine du canal : écluses à la maçonnerie soignée ; maisons des éclusiers ; lignes d’arbres marquant le canal dans le paysage ; ponts… Mais le patrimoine du canal est bien plus vaste. Entre Montbard et Pouilly-en-Auxois, il comprend quelques-uns des plus beaux fleurons du patrimoine de la Côte-d’Or, voire de la Bourgogne.

Exposé aux regards de tous les passants, Vercingétorix s’affiche sur le mont Auxois depuis 1865 en statue de bronze caractéristique de l’image, erronée, du Gaulois au 19e siècle. Il symbolise les fouilles archéologiques organisées de 1861 à 1865 sur les lieux du siège d’Alésia par César. Depuis mars 2012, cette bataille mémorable est remarquablement expliquée dans ses moindres détails au centre d'interprétation du MuséoParc Alésia à l'étonnante architecture et aux reconstitutions exemplaires

Fondée en 1118 par Saint Bernard dans un lieu retiré du monde, Fontenay éveille toute l’émotion d’une abbaye cistercienne éblouissante de beauté simple et fonctionnelle qui invite au silence. Elle offre aux visiteurs un modèle parfait d’organisation : église, salle capitulaire, scriptorium, dortoir, réfectoire s’ordonnent autour du cloître tandis que l’infirmerie et la forge s’élèvent à l’écart.

Tout aussi retiré, mais de la Cour, sur l’ordre de Louis XIV fort mécontent de son Histoire Amoureuse des Gaules, Roger de Bussy-Rabutin (1618-1693) passe seize années en exil dans son château (1666-1682) dont il refait toute la décoration. Elle forme depuis lors un ensemble exceptionnel qui illustre bien l’esprit du temps : ironique et précieux…

Après son martyre en 256, Sainte Reine devient le centre d’un pèlerinage important. À Alise-Sainte-Reine, la chapelle abritant la source jaillie sur les lieux du martyre s’élève non loin de l’hôpital et sa chapelle ornée de cartons de tapisserie du 17e siècle illustrant la vie de la jeune femme. Ses reliques, déposées en 866 dans la crypte de l’abbaye de Flavigny-sur-Ozerain, ont contribué au rayonnement du bourg aujourd’hui réputé pour ses remparts et ses demeures du Moyen-âge et ses bonbons à l’anis.

Il faut s’éloigner un peu plus du canal pour découvrir Semur-en-Auxois, ville d’allure médiévale avec ses murailles et son château construits sur un rocher dominant un méandre de l’Armançon et la collégiale Notre-Dame bâtie sur la hauteur au début du 13e siècle dont la silhouette gothique semble protéger la ville. En revanche, Grignon borde le canal avec sa rue unique autour du château et son retable du 16e siècle avec scènes de la vie du Christ dans l’église. En contrebas, l’ancienne tuilerie est devenue musée. Il n'y a pas besoin d’aller bien loin de la tranchée du Creusot pour découvrir l’incroyable chœur gothique fin 13e siècle si élancé de l’église de Saint-Thibault. Enfin, il suffit de longer le canal pour apprécier les puissants vestiges du château fort d’Eguilly (15e – 17e siècle) juste avant d’arriver à Pouilly-en-Auxois.

Conseil Général (c) 2009, Benoît OUDET

Carte interactive
  •  Hôtels
  •  Chambres d'hôtes
  •  Locations de vacances
  •  Hébergements collectifs
  •  Campings
  •  Aires de camping-car
  •  Restaurants
  •  Sites et monuments
  •  Musées
  •  Parcs et jardins
  •  Offices de tourisme
  •  Restaurants
  •  Producteurs
  •  Caves
  •  Aires de pique-niques
Chargement...