Le nord Dijonnais

Si la marge du fossé Bressan est particulièrement marquée au sud de Dijon, elle se prolonge au nord de la vallée de l'Ouche, jusqu'aux vallées des Tilles et de l'Ignon. Elle marque ainsi la transition vers la montagne Châtillonnaise. Cette entité s'étend vers l'ouest jusqu'à l'Auxois, où elle est délimitée par les premiers reliefs de la vallée de l'Oze.
Le Suzon, petit ruisseau tufeux, s'écoule au fond du vallon éponyme du Val Suzon. Cette étroite vallée d'une quinzaine de kilomètres est entourée par de nombreuses combes, d'où jaillit une multitude de sources après les épisodes pluvieux. L'eau qui s'y écoule, du fait de sa qualité, joue un rôle majeur dans l'alimentation en eau potable de l'agglomération dijonnaise. Cette eau limpide accueille tout naturellement le Cincle plongeur et la Bergeronnette des ruisseaux, ainsi que quelques couples de Martin-pêcheur. Dans le fond de ce vallon, les prairies et les pâturages entourent les méandres du ruisseau.

La forêt, quant à elle accueille la très rare Cigogne noire ou le redoutable et discret Autour des palombes. Ici, quatre espèces de Pouillots se côtoient (véloce, fitis, siffleur et de Bonelli) ainsi que quatre représentants de la famille des colombidés (Tourterelles turque et des bois, Pigeons ramier et colombin) accompagnés d’oiseaux plus ou moins discrets comme le Bouvreuil pivoine, la Sittelle torchepot ou le Troglodyte mignon.

Ici et là, les falaises calcaires marquent brusquement la limite entre le plateau et les fonds de vallons. C'est le territoire du Faucon pèlerin. En hiver, le discret Tichodrome échelette, descendu des sommets alpins, peut s'y laisser observer. Il se déplace sur la falaise comme le ferait un grimpereau sur le tronc d'un arbre. Lorsqu'il entrouvre ses ailes, une petite tache fushia apporte une note colorée parmi les nuances de gris de la falaise. Aux portes de l'Auxois, la falaise de Baulme-la-Roche, offre du haut de ses 30 mètres, un magnifique panorama sur la vallée en contrebas. Une partie de ce chemin est accessible aux personnes à mobilité réduite, offrant ainsi à chacun la possibilité de profiter des beautés du paysage et des oiseaux fréquentant la falaise.

Sur le reste du plateau, la forêt laisse la place aux parcelles céréalières. Le fond sonore de ces milieux est alors dominé par le chant de l'Alouette des champs et du Bruant proyer et de temps en temps par une Caille des blés. L'agitation des Fauvettes grisettes anime les haies et les bosquets en bordure de culture. Le Faucon crécerelle quant à lui épie ses proies dans son vol typique du « Saint-Esprit ». Il peut nicher sur les falaises, mais plus souvent dans les villages, où le bâti ancien lui offre de nombreuses cavités pour pondre et élever ses jeunes.

Parfois, un rapace aux ailes fines et au vol léger survole à faible altitude les espaces agricoles : il s’agit du Busard cendré ou du Busard Saint-Martin.

Loading...