Le creux bleu
Les sources de la Douix
Les sources de la Seine
Les sources de la Seine

En Côte-d’Or, les visiteurs tomberont peut-être sur un panneau à l'indication plutôt insolite « la Mer ». Pas de vagues ni d'eau salée cependant ; en revanche, le département est riche en eau de source.

A Châtillon-sur-Seine, les sources de la Douix, parmi les plus belles de France, sont vénérées depuis le Ier âge du Fer. Paradis des promeneurs, son parc attire les visiteurs et… les plongeurs qui apprécient le site à sa juste valeur. Non loin de là à Etalante, la source de la Coquille séduit les visiteurs à condition qu'ils ne craignent pas la fée Greg. On raconte que ce personnage maléfique se réveillait en période de crues et venait chasser les enfants. D'ailleurs, à deux kilomètres en amont du lavoir, les plus aventuriers se laisseront sans doute séduire par une randonnée au Cirque de la Coquille. Plus au Sud, les sources de la Seine (oui oui, on parle bien de l’imposant fleuve parisien) font la fierté des Côte-d’oriens. Ces lieux accueillaient jadis les pèlerins qui venaient solliciter la guérison de leurs maux. En remerciement, ils offraient à la Déesse Sequana de nombreux ex-voto. Ces sculptures en bois, en pierre ou en bronze représentaient souvent les parties guéries de l'anatomie humaine. Aujourd’hui, une charmante nymphe de pierre allongée dans une grotte romantique aménagée sous Napoléon III accueille  les curieux. Les plus superstitieux jettent toujours leurs vœux dans le petit bassin situé au pied de la statue.

De jolis cours d'eau mineront à l'Est du département. Des Sources de l'Ignon au site du Creux Bleu, en passant par la Vallée de la Tille, vous verrez que le secteur est vivifiant.

Encore un peu plus au sud-est, à Bèze, les moines se réfugiaient au Moyen age dans les grottes du village pour échapper aux invasions barbares. Ces grottes redécouvertes dans les années 1950 abritent un lac dont le niveau varie en fonction de la saison et qui ne rend possible les visites qu’en été. La température de l’eau, elle, demeure constante entre 8 et 11°C : aussi, mieux vaut rester bien au sec dans les barques utilisées pour la visite. Vous plongez dans l’univers féerique des grottes de Bèze. L’eau y est limpide et les jeux de lumière parfaitement réglés pour faire de cet amphithéâtre rocheux, un cadre enchanteur.

Retour à la surface pour nous intéresser aux lavoirs, ces bâtiments discrets mais incontournables du patrimoine rural. Dans le nord de la Côte-d’Or, un circuit a été créé autour de 14 lavoirs restaurés par des artistes contemporains. A Salives, la source de la Tille alimente le lavoir et a inspiré le nom du village. Etymologiquement, Salives vient soit de Aquas Salivas autrement dit les "eaux jaillissantes", soit de Sacriba qui signifie "source sacrée". Avec sa voûte et ses arcs, le lavoir laisse entrer le soleil : à la fois solennel et encore empli des scènes de vie qui s’y sont jouées, il mérite le détour.

Quelques idées de balades pour concocter un programme clair comme de l’eau de roche.