Circuit non itinérant

Localisation

Recey-sur-Ource

départ : A l'entrée de la commune sur la D29

Niveau de difficulté

Facile

Durée

3h30

Longueur

11 km
Balisage jaune
Fichier KML Fichier GPX
Signaler un
problème
Imprimer la fiche

Si vous aviez parcouru ce circuit il y a un siècle, que de monde y auriez-vous croisé ! Au centre de la forêt, une ferme de défrichement des Chartreux de Lugny : Maison Neuve. Elle flamba dans les années cinquante : faute d'eau, on ne put rien faire. Il n'en reste rien.

Longeant la vallée, le vieux chemin départemental détrôné par la D 928 au XIXème siècle conduit de Recey-sur-Ource à Leuglay par Lugny, dont on admire le portail et ses dépendances : Argillière, ancienne ferme, Froidvent, ancien fourneau.

Topoguide

1 Départ à l’entrée de Recey-sur-Ource sur la D29, commun avec le circuit de Montot. Possibilité de parking vers le Trésor Public. Monter à gauche en longeant le mur du collège. Tourner à gauche puis à droite, passer le cimetière. Suivre la route goudronnée jusqu’à la forêt.

2 Passer le long de la carrière (ne pas prendre les chemins blancs à droite et à gauche).

3 Quitter la route goudronnée. Continuer sur la route blanche ver la gauche fléchée « circuit de Lugny » puis tout droit. Couper la route privée du Mont Lucey, la route descend et tourne à gauche.

4 Tout droit, traverser les routes forestières et continuer le chemin blanc.

 Suivre le chemin blanc qui tourne à gauche, légère montée puis contourner le bois (chemin très terreux) qui continue tout droit vers le bois. Descendre le chemin dans le bois, couper la route forestière (route blanche) et continuer la descente jusqu’au pré.

6 Continuer toujours vers la gauche jusqu’à Froidvent (éviter le petit sentier de la combe).

7 Tourner à gauche sur la route goudronnée. Longer le domaine d’Argillière, suivre le chemin blanc.

8 Après une légère montée, le chemin vire à droite. Continuer jusqu’aux bâtiments de l’ancienne Chartreuse de Lugny.

9 Prendre à gauche le chemin qui monte le long des bâtiments.•

10 Continuer tout droit jusqu’à la route goudronnée, prolonger à gauche sur la D29.

Patrimoine

Point central de ce circuit, l'ancienne chartreuse de Lugny introduit remarquablement une ambiance patrimoniale fortement marquée par les moines chartreux installés ici du 12e au 18e siècle. Fondée en 1172 par Gaultier, évêque de Langres, elle est le premier établissement des compagnons de saint Bruno en Bourgogne. Partiellement détruite et transformée en ferme à la Révolution, elle a été restaurée et il s'en dégage aujourd'hui une impression de majesté qui atteste de son importance passée.

En l'absence du cloître et des cellules des moines, l'église rappelle presque à elle seule l'ancienneté de la fondation. Elle n'a pas subi, en effet, les nombreuses transformations qui ont peu à peu modifié la physionomie générale de la chartreuse à l'exemple du beau porche Renaissance qui donne accès à ce domaine privé généralement ouvert à la visite lors des journées du patrimoine.

Les transformations du 18e siècle, bien visibles sur les bâtiments, peuvent également être appréciées avec le maître-autel de l'église de Recey-sur-Ource qui en a fait l'acquisition en 1792 lorsque le mobilier de la chartreuse a été dispersé. Dessiné par le sculpteur Nicolas Pineau, cet autel en marbre polychrome est un bel exemple du style Louis XV caractérisé par ses formes courbes et une ornementation rocaille.

Pour rester dans le domaine religieux, rappellons que Recey-sur-Ource est aussi le lieu de naissance de Jean-Baptiste Henri Lacordaire (12/05/1802 - 21/11/1861) dont la maison natale est devenue un petit musée tandis que la statue monumentale de cet illustre père dominicain trône dans l'église.

Au nord de l'ancienne chartreuse, le hameau de la Courroirie accueillait les convers et leurs familles. Il en reste quelques bâtiments groupés autour de la chapelle dédiée à saint Mamès, patron de la cathédrale de Langres, qui leur permettait d'assister à l'office dominical.

Plus au nord encore, Froidvent a été choisi par les moines pour édifier un haut fourneau (!) quand ils ont développé – en concurrence avec les cisterciens – une activité métallurgique favorisée par la proximité de minerai de fer affleurant ou à faible profondeur, l'abondance des forêts pour l'approvisionnement en bois et la force motrice de la rivière Ource. L'usine de charbon de bois de Froidvent est l'héritière de cette activité ancestrale largement diffusée dans toute la région.

Plus à l'est, le circuit traverse une large clairière dont le centre est occupé par les vestiges de la Nouvelle Ferme. Elle témoigne de l'essartage important effectué sous la direction des chartreux dans l'exploitation économique rationnelle de leur domaine.

Conseil Général © Benoît OUDET

Nature

Quand le thalle s'étale !

En randonnée, ce sont souvent les paysages, les ambiances ou les odeurs qui captent notre attention et qui laissent le sentiment d’avoir passé un bon moment dans la nature.

 Pourtant, porter son attention sur certains détails peut être riche d’enseignements. Le long du sentier de Lugny, observons l’écorce des arbres. Non pas pour connaître le nord et s’orienter dans la forêt comme le veut la croyance populaire mais plutôt pour apprécier la qualité de l’air à proximité du sentier.

Un groupe de végétaux est en effet très sensible à la concentration de polluants dans l’air. Ce sont les lichens. Les lichens font partie des curiosités dont la nature a le secret et correspondent à une association symbiotique*1. Pour survivre et coloniser des milieux difficiles, des champignons et des algues se sont associées pour constituer le lichen.

Le champignon, grâce à son mode de reproduction par les spores, permet à l’algue de se disséminer. En contrepartie, l’algue apporte au champignon des matières organiques qu’elle synthétise grâce à la photosynthèse*2. Une autre des caractéristiques des lichens est qu’ils sont très dépendants de l’humidité. En effet, c’est connu, l’algue a besoin d’eau pour vivre. Par conséquent, les lichens vivent et se développent de façon cyclique au gré des pluies et des brouillards.
Contrairement aux végétaux classiques, les lichens sont dépourvus de cuticule *3 et de stomates*4 qui permettent aux plantes classiques de se protéger et de réguler leurs échanges aériens. De fait, les lichens sont complètement dépendants et exposés aux apports aériens et pluviométriques.
Ainsi, si l’environnement subit une pollution, les lichens seront rapidement affectés et verront le développement de leur thalle*5 freiné, voire tout bonnement stoppé. D’autres lichens disparaîtront sous l’effet de la pollution. Même une faible concentration de polluant impacte les lichens.

Trois groupes de lichen sont facilement identifiables suivant la manière dont ils se fixent sur leur substrat :
-    les foliacés (thalle en lobé et soudé présentant une grande surface de contact avec le substrat) ;

-    les crustacés (le thalle recouvre le substrat d’une fine couche) ;

-    les fruticuleux (thalle attaché au substrat par une petite surface).

Ce sont les lichens foliacés qu’il faudra observer durant votre randonnée car la famille des parmelia est particulièrement sensible au polluant.

Par ailleurs, la variété des lichens présents est aussi un bon indicateur : plus il y en a de sortes différentes et plus l’air est saint. La section de la randonnée aux environs du point 8 du descriptif technique présente cette belle diversité :

En revanche, à l’occasion d’une visite en ville par exemple, vous pourrez constater que les lichens (crustacés notamment) sont présents sur les vieilles pierres mais leur thalle reste modeste.

Conseil Général © Hervé DEVALLEZ

*1 association symbiotique : association durable de plusieurs organismes d’espèces différentes en vue d’une meilleure adaptation au milieu de vie et en vue de réaliser une communauté de vie profitable à chaque membre.

* 2 photosynthèse : capacité spécifique des plantes vertes (chlorophylliennes) à transformer la matière minérale du sol en matière organique grâce à l’énergie lumineuse du soleil (photons).

*3 cuticule : association cellulaire externe (forme d’épiderme) qui protège les végétaux.

*4 Stomate : petits orifice permettant aux plantes de gérer les échanges gazeux avec l’air. Les stomates se trouvent généralement sur la face inférieure des feuilles.

*5 thalle : appareil végétatif de certains organismes du règne végétal, tels les champignons, les lichens et les algues qui ne présentent ni tige, ni feuille ni racine mais un amas cellulaire.

Carte interactive
  •  Hôtels
  •  Chambres d'hôtes
  •  Locations de vacances
  •  Hébergements collectifs
  •  Campings
  •  Aires de camping-car
  •  Restaurants
  •  Sites et monuments
  •  Musées
  •  Parcs et jardins
  •  Offices de tourisme
  •  Restaurants
  •  Producteurs
  •  Caves
  •  Aires de pique-niques
Chargement...